TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan / Vidéo N°3

TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan / Vidéo N°3

Frontières et technologies en mer Méditerranée
Les Technologies alternatives et open source

Vendredi 16 mars 2018, 17h-19h

le 13 mars 2019

Conception, animation : Isabelle Arvers (commissaire d’expositions), intervenant.es : Nicola Triscott (Arts Catalyst), Pablo de Soto (Hackitectura), Tim Boyckett (Time’s Up), Marthe Van Dessel (Seed Journey Project)

Les deux premier.es intervenant.es ont été partie prenante de Sailing for geeks 2, un projet de navigation sur la toile et à la voile initié par Nathalie Magnan dans le détroit de Gibraltar dans le cadre de Fadaiat. Leurs témoignages permettent de comprendre ce qu’a été l’expérimentation concrète des difficultés de navigation dans le détroit et des technologies de contre-surveillance, jusqu’aux contacts établis à Tanger avec des groupes d’activistes marocains. Puis sont abordés les projets de Time’s up (recours à des technologies de navigation plus anciennes à vocation écologique) ou le projet Seed Journey de migration inversée des graines (de l’Europe vers leur pays d’origine) visant à résister au brevetage de l’industrie en favorisant l’accès des petits cultivateurs aux biens communs, ou encore le projet de piratage du champ des ondes magnétiques (BolwerK) à comparer avec les techniques de semaison manuelle.

Isabelle Arvers présente les participant.es à cette deuxième table ronde, artistes et activistes intervenant sur la question des frontières.

Nicola Triscott rappelle qu’elle était, avec Jacques Servin et Ewen Chardronnet, membre de l’équipage réuni par Nathalie Magnan pour Sailing for geeks 2, projet de navigation dans le détroit de Gibraltar dans le cadre de Fadaiat, pour la liberté de connaître l’océan dans toutes ses dimensions, humaines et non humaines, biologiques, historiques, etc., le contexte géo-politique en haute mer et la liberté de mouvement, pour des frontières ouvertes.

Le concept Sailing for geeks, proposé par Nathalie Magnan, visait à associer navigation sur la toile et navigation à la voile. En 2005 il s’agissait, en lien avec Fadaiat, d’expérimenter physiquement des réalités connues d’abord à travers les écrans : la réalité de la frontière entre l’Europe et l’Afrique, les conditions de navigation entre Gibraltar et Ceuta, entre Tarifa et Tanger, le contexte meurtrier dans lequel s’opèrent les migrations dans cette zone (cette année-là, 25000 personnes ont tenté la traversée ; le nombre de morts est estimé à 10000).

Il s’agissait aussi pour le bateau de tester les technologies de contre-surveillance déployées à terre par les équipes du Makrolab de Fadaiat (« traverser les espaces » en arabe).

Enfin, l’arrivée à Tanger avait pour but, après les formalités douanières, de rencontrer les membres marocains de Fadaiat, initiateurs du projet A boat for life, implanté à Larache, dont l’objectif était d’apporter à des familles et spécifiquement aux enfants des aides susceptibles d’améliorer leurs conditions de vie et de les dissuader de se livrer aux passeurs et de prendre la mer sur des bateaux de fortune, au risque de leur vie.

Au retour, la traversée de nuit s’est faite par une mer violente, dans la proximité inquiétante d’énormes cargos, épreuve traversée dans la relative sécurité d’un bon bateau, piloté par un bon skipper et dans la camaraderie d’une équipe soudée, toutes choses absentes des routes migratoires.

Des activistes contre le contrôle

Nicola Triscott cite alors le texte de Foucault, Hétérotopies, pour qui « le navire c’est l’hétérotopie par excellence », « le plus grand instrument de développement économique » et « la plus grande réserve d’imagination ». Elle conclut en évoquant le projet de Nathalie Magnan d’un Sailing for geeks 3, composé de femmes exclusivement.

Pablo de Soto commence son intervention par un hommage à Marielle Franco, femme, noire, activiste et lesbienne, figure politique importante des favelas et élue de la municipalité de Rio, abattue de cinq balles dans la tête la veille au soir.

Il montre deux photos des plages de Tarifa, juxtaposant celle des bains de soleil des estivants et celle des corps retrouvés morts.

Il explicite les objectifs et réalisations du projet Fadaiat, mis en place par Hackitectura, dont il est le co-fondateur et insiste sur le rôle des artistes activistes en réaction à la construction de la forteresse Europe : mise en place d’une cartographie critique, considérée comme un outil proposant une compréhension alternative des espaces ; considérer la frontière comme espace central et non comme limite physique ; renverser la carte de la Méditerranée en inversant le nord et le sud ; mettre en place un agenda commun, des vidéo-conférences de part et d’autre du détroit pour se parler à travers l’espace (comme le mot Fadaiat l’explicite en arabe) et faire émerger une émancipation possible. En montrant l’émergence de telles pratiques, il s’agit d’élaborer un programme politique pour les années à venir.

Réactiver des technologies écologiques et durables

Tim Boyckett présente les activités de Time’s up, basé sur le port de commerce de Linz, pour qui il s’agit de réactiver d’anciennes technologies, écologiques et durables : à partir de la notion d’opensource, favoriser le partage équitable des ressources comme la distribution d’eau selon une technique balinaise, organiser le transport maritime sans émission de carbone en utilisant la voile, multiplier les possibilités de déplacements maritimes grâce à des embarcations faites « de bric et de broc » avec des technologies « non-appropriées », le pari étant qu’une grande flotte de petits vaisseaux favorise la disparition des frontières. Il montre la vidéo Mind The Map, a Physical Narrative, récits, perceptions, mémoires et futurs des migrations, qui introduit le doute entre réalité et fiction puis il évoque le projet Turnton Docklands, qui nous projette dans 30 ans et nous propose d’explorer une petite ville ayant vécu une catastrophe écologique avec la montée des océans (référence aux Pays-Bas ou au Bangladesh). Le TurntonGazette est à paraître en septembre 2047 mais quelques numéros sont disponibles…

Inverser la migration des semences

Marthe Van Dessel nous introduit par de nombreuses images, cartes et graphiques, au projet Seed Journey, le voyage des semences, un projet de migration inversée qui associe artistes, activistes, cultivateurs, boulangers et consiste, dans une navigation d’Oslo à Istanbul, à renvoyer vers leurs terres d’origine, des graines aujourd’hui cultivées en Occident, à protéger l’accès des petits cultivateurs au bien commun que constituent ces graines que l’industrie s’obstine à breveter.

Initiatrice du projet BolwerK, Marthe Van Dessel, introduit un parallèle entre les techniques de semaison manuelle et la propagation de l’information par les ondes électromagnétiques qui, portées par le soleil et la ionosphère, rayonnent et diffusent une information encodée, susceptible de se développer à partir d’un territoire ciblé. Elle invite à s’approprier le champ électro-magnétique et affiche à l’écran Le Semeur de Van Gogh alors qu’elle nous distribue des graines sur un fond sonore d’ondes radiophoniques. Elle termine par une performance visant à pirater le champ des ondes électro-magnétiques.

Une résistance difficile

Ewen Chardronnet, qui a pris le relais de Nicola Triscott, et Pablo de Soto reviennent sur Sailing for Geeks et Fadaiat dont l’objectif à plus long terme était de créer un réseau d’observatoires civils à partir d’un projet de construction qui n’a pu aboutir, Fadaiat restant un projet ponctuel expérimental sans ancrage.

De la salle, Charles Heller insiste sur la nécessité de reprendre l’avantage tactique sur la ligne de front maritime avec des bateaux plus rapides et des outils de détection capables de rendre compte de ce qui se passe et de témoigner.

Tim Boyckett reconnaît être dépassé par les changements importants et rapides intervenus depuis 2012.

Pablo de Soto évoque l’impossibilité de se rendre dans certains territoires, les tentatives avortées d’accéder à Gaza par exemple.

Une question de la salle amène les intervenant.es à préciser quels sont leurs contacts et collaborations avec des groupes hors Europe : Espagne-Maroc pour Fadaiat/Sailing for geeks, Istanbul pour Seed Journey, un projet cité par Tim Boyckett de collaboration Australie-Afrique du Nord…

Le dernier acte de Nathalie Magnan a été d’appeler l’attention sur celles et ceux qui, chaque jour, tentent de traverser la Méditerranée au péril de leur vie. Pour répondre à ce voeu, nous vous proposons de soutenir l’association civile de sauvetage en mer, SOS MEDITERRANEE : http://bit.ly/2hpvb9Z.