TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan / Vidéo N°4

TRANS//BORDER, Les Enseignements de Nathalie Magnan / Vidéo N°4

Zelig RTM – (H)acktivismes : l’information veut toujours être libre
Communautés de média tactiques actives aujourd’hui

Samedi 17 mars 2018, 11h-13hh

le 23 mars 2019

Conception : Peggy Pierrot (chercheuse indépendante), Philippe Rivière (journaliste), animation : Peggy Pierrot, intervenant.es : Geert Lovink (théoricien des média), Aris Papatheodorou (Réseau Samizdat), Philippe Rivière (journaliste), Marie Lechner (Gaîté lyrique)

Peggy Pierrot rappelle la genèse des rencontres Zelig au début des années 2000 qui ont permis de développer un discours alternatif aux média dominants et de créer des « média tactiques ». Puis le court « Internautes » de Nathalie Magnan est projeté. Les intervenant.es abordent alors la nécessité pour les « réseaux des réseaux » de développer un discours critique, des actions stratégiques (s’extraire du Cloud, créer des plateformes opensource, relever le défi d’un web ouvert), des positions dialectiques (lien entre machines/usages et identités/subjectivités), des réseaux de pairs égaux, le tout face aux GAFA. Il est également question de ponts entre les générations et de préservation des lieux indépendants dont certaines initiatives (Lundi matin, Rebellyon, Seenthis, Mastodon, Framasoft, Les Chatons, Ronja, Mesh, Guifi, Freifunk, Athens Wireless Metropolitan Network, Consume.net, Call, etc.) sont des exemples.

Peggy Pierrot introduit la séquence Zelig, clin d’oeil aux rencontres éponymes organisées au début des années 2000, mais surtout réactivation de ces événements et de sa rencontre avec Nathalie Magnan qui l’a introduite à d’autres rencontres, qui ont eu un impact sur sa pensée et sur sa vie.

Elle rappelle que des ateliers se sont tenus les deux jours précédents dont il sera rendu compte dans le forum au moment de la pause et elle invite le public, notamment les non-spécialistes, à intervenir après les exposés dans la salle ou dans le forum, espace d’exposition mais aussi de rencontres.

Elle situe les Zelig dans le contexte de l’époque, au tout début de l’Internet pour tous, époque de grandes contestations de l’ordre économique, rassemblements militants à Seatle, Porto Alegre, Gênes, lutte pour l’accès aux médicaments, mouvement des Sans-terre, No borders, sortie du livre de Naomi Klein, No logo…Les Zelig étaient un point de convergence pour la construction d’un discours alternatif aux média dominants : « Ne détestez pas les média, devenez vos propres média ».

Elle explicite le terme « média tactiques » qui consistent à se saisir de l’espace médiatique, de manière temporaire et ciblée quel que soit le support utilisé, un fanzine peut être un média tactique.

Projection :Internautesde Nathalie Magnan, 1995, 13’

Histoire des média tactiques

Dans son intervention « On tactical media and network strategies », G. Lovink fait l’historique des événements qui ont marqué l’histoire des média tactiques depuis le début des années 1990, qu’il a contribué à organiser et pour lesquels il a collaboré avec Nathalie Magnan.

Il évoque leur première rencontre alors que Nathalie revenait de Californie, à l’occasion de la première rencontre internationale Next Five Minutes, réseau de réseaux créés dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis dont l’objectif est de créer un autre discours critique (cf. Bruce Sterling), d’autres histoires, d’autres façons de raconter des histoires grâce aux technologies opensourceet d’accès public.

Il rappelle la série de media-lab temporaires initiée dans le cadre de la Documenta X, en 1997, à l’invitation de Catherine David, sous le titre Hybrid WorldSpace, à laquelle Nathalie Magnan participait au titre du cyberféminisme. Il insiste sur l’importance, pour les réseaux de réseaux, des rencontres en temps et lieu réels et pas seulement sur la toile. Il cite également les mouvements No one is illegal, Syndicate…

Après cinq années passées en Australie, il revient à Amsterdam au moment de Video Vortex(2006) qui pose les questions politiques et esthétiques de la vidéo en ligne, bien avant la généralisation par YouTube.

Sa dernière rencontre avec Nathalie Magnan a eu lieu en mars 2014 pour l’ouverture du Moneylab, qui regroupe un nombre plus important de réseaux et s’intéresse plus particulièrement aux stratégies grâce auxquelles les artistes peuvent gagner leur vie au XXIe siècle : quels revenus Internet pour l’art et non pour Googleou FaceBook ?

Il signale son livre à paraître sur le développement des communautés virtuelles depuis les années 1990 et la critique des réseaux sociaux aujourd’hui.

Établir des ponts entre générations

Sans revenir sur l’histoire des Zelig, Aris Papatheodorou choisit d’évoquer dans son intervention nommée « Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps » les ponts entre les générations via certaines expériences actuelles dont il donne deux exemples.

L’hebdo en ligne Lundi matin, d’esprit libertaire, développé sous spip, créé par un jeune homme qui « faisait les sandwichs » pendant les Zelig, compte quelques dix-mille lecteurs et lectrices. Y interviennent des activistes politiques, féministes, artistes, écrivain.es, sociologues qui publient non seulement des discours politiques mais aussi des études, textes littéraires, fictions… C’est là qu’un parent d’enfant malade de l’hôpital Necker a choisi de publier un démenti à l’emballement médiatique qui a fait suite au bris de vitres survenu pendant les manifestations contre la loi travail : une vitre brisée versus la santé publique mise à mal par les politiques publiques. Cette plus juste appréciation des faits a été reprise par les média.

Rebellyon, site d’informations alternatives et anti-autoritaires sur Lyon et sa région, participatif et collaboratif, est à l’origine de la création d’une quinzaine d’autres sites, aux identités diverses mais qui se retrouvent sur des fondamentaux.

Aris Papatheodorou évoque notamment la prise en charge déjà ancienne par ces réseaux de l’écriture inclusive, encore en discussion au Monde, dont il est le directeur artistique.

En conclusion, il souligne la pléthore d’initiatives activistes qui utilisent Facebook, Twitter, etc. et disposent ainsi d’un maillage extrêmement large, inimaginable au temps des Zelig. Il alerte cependant sur deux points sensibles :

– si rien n’interdit de se saisir des outils de l’adversaire que sont ces outils propriétaires, leur usage exclusif, au détriment des logiciels libres, est un problème : on en oublie la nécessaire relation entre l’outil qu’on utilise et le propos qu’on souhaite tenir et que nos outils doivent nous appartenir,

– les média que nous utilisons, y compris les tracts, ne véhiculent pas seulement des textes, des informations, des idées, mais des identités, des subjectivités dont il faut se saisir, comme on se saisit des machines, pour agir sur le réel et c’est, conclut-il, la leçon de Nathalie Magnan.

Créer et garder des lieux indépendants

Dans son intervention « Des tentatives et difficultés à garder des lieux indépendants », Philippe Rivière rend hommage à ceux qui ont créé les services qui nous permettent de maîtriser nos modes d’expression, de communication : Aris Papatheodorou (samizdat.net), Valentin Lacambre, également présent (Gandi, altern.org…).

Il mentionne deux projets auxquels il collabore : Rezo.net, créé par Pierre Lazuly, portail d’informations alternatives et le Minirezo, groupement informel de webmestres indépendants à l’origine de spipqui permet de créer ses propres sites. Le Minirezo apporte l’outil technique, libre, mais aussi la réflexion et le partage de compétences.

Il raconte comment rien dans son profil, homme, cis, blanc, détenteur d’un passeport, citoyen d’un pays riche, fils de profs, étudiant en mathématiques, ne le destinait à se considérer comme minoritaire. Il était seulement un adolescent qui s’ennuyait et qui a cessé de s’ennuyer avec l’arrivée d’Internet.

« Pionnier » de l’Internet (il ouvre une parenthèse critique sur l’appropriation du mot pionnier), il se retrouve dans un groupe minoritaire stigmatisé par les média dominants comme pédophiles, nazis… mais aussi (surtout ?) ennemis du droit d’auteur et de l’exception culturelle française. De surcroît, ils suggèrent que la cryptographie, l’anonymat, l’usage de pseudonymes peuvent être utiles…

Aux questions « qui nous écoute ? qui nous parle ? » la réponse ne se trouve pas dans les médias dominants ! Le rapprochement se fait alors avec d’autres groupes minoritaires, ActUp, féministes, anti-colonialistes, sans-papiers, InfoTiers-Monde.

En conclusion, il cite Seenthis, Mastodon, Framasoft, Les Chatons,réseaux libres, utilisant des logiciels libres, capables d’offrir des espaces sûrs pour nos propres services, avec le contrôle de nos outils et de notre communication. Certes l’usage du libre est toujours plus compliqué, moins évidemment efficace, mais c’est le prix à payer pour notre indépendance.

Contrôler les outils

Dans son intervention « S’extraire du cloud, réactiver l’idée d’un réseau de pairs », Marie Lechner revient sur ce souci d’avoir le contrôle sur ses outils. Avant même la révélation par Edward Snowden de l’ampleur de la surveillance des citoyens exercée par les agences de renseignements américaines, les défenseurs des libertés s’inquiétaient de la centralisation d’Internet aux mains de quelques géants, loin du rêve initial d’un réseau décentralisé qu’évoque le début du film de Nathalie Magnan, Internautes. La criminalisation par les États des actes de désobéissance virtuelle amène les internautes à se conformer aux règles et aux normes de ces plateformes privées. Si les réseaux sociaux, comme Facebookont une audience de plus en plus large, ils conduisent à une dépossession des utilisateurs, à la perte de contrôle sur leurs données.

Face à ce phénomène, depuis une quinzaine d’années, de nombreux projets d’artistes et activistes invitent à s’extraire du cloud, de son modèle centralisé de stockage pour développer des réseaux de communication alternatifs. Ils construisent leurs propres infrastructures (cf. article de recherche de Daphne Dragona), utilisent l’open hardwareet les logiciels opensource sous différentes formes : réseaux communautaires, hors ligne, points d’accès locaux. Il s’agit de réactiver l’idée originelle d’un réseau de pairs égaux, de garantir la liberté d’expression et ce rêve d’une nouvelle toile à re-tisser. Il faut savoir que Twittera été inspiré par un outil développé en 2004, TXT Mob, avant le smartphone, déployé par le collectif d’artistes The Institute of Applied Autonomyqui construisait des robots contestataires, GraffitiWriter, qui envoyaient taguer des slogans au sol. Ce service gratuit, qui permettait d’échanger des sms entre tous les inscrits, a été utilisé en 2004, pendant la Convention républicaine, par les militants contre la guerre en Irak, pour partager les informations sur les lieux où converger, la localisation des barrages de police, etc.

Marie Lechner présente ensuite de nombreuses initiatives, dans différents pays, en réaction aux restrictions d’accès à Internet : le dispositif Ronja, Internet lumineux au-dessus des toits, en licence libre, à construire soi-même pour 100 $,en République tchèque ; les réseaux Mesh(ou réseaux maillés) qui permettent l’interconnexion des appareils des utilisateurs sans passer par un tiers, sans solliciter un point central de gouvernance, ni entreprise, ni opérateur de télécommunications, chaque individu devenant un nœud du réseau : le premier et le plus important d’entre eux (30 000 nœuds), ouvert il y a dix ans, est un réseau espagnol, le Guifi,suivi par Freifunk,Athens Wireless Metropolitan Network, Consume.net. Elle insiste plus particulièrement sur le projet Call développé en Suisse par Christoph Wachter et Matthias Jud, qu’elle avait invités avec Nathalie Magnan pour parler de ce projet qui interconnecte les ordinateurs, smartphones, supports mobiles via le wifi, permettant la réappropriation par les citoyens. Utilisé par les Égyptiens face au blackoutde l’Internet avant les événements de la place Tahrir, ce projet a été repris par les Chinois, les Turcs… Elle cite également les projets low tech, hors nuage, Dead dropsd’Aram Bartholl, clés cimentées sur le sol dans les villes, boîtes aux lettres mortes des espions, où on peut déposer des documents, données, etc. ; Telekommunisten, réseau clandestin via l’échange de clés USB ; Rigth to flight, flottille de drones permettant d’échanger des fichiers pirates véhiculant des informations confidentielles.

Il s’agit dans tous les cas de relever le défi d’un web ouvert, qui n’est pas un problème technique mais une question politique.

Rester en alerte

Peggy Pierrot souligne la continuité avec les ateliers des deux jours précédents : avec Paula Pin, la fabrication de microscopes pour s’approprier les analyses gynécologiques ; la proposition des Chatons pour l’autonomie des serveurs et des hébergements ; les serveurs féministes avec les Samedi.es, etc.

Depuis la salle, Natacha Roussel rappelle la distinction entre réseau social et média social et précise que si on peut utiliser les réseaux sociaux pour diffuser de l’information il convient de ne pas les « nourrir » de contenus.

Claire Dehove remet en cause l’utilisation du terme « propriétaire » par certains intervenant.es, nos outils devant rester un bien commun.

Philippe Rivière précise la distinction entre le terme « propriétaire » utilisé pour les logiciels fermés, qui ne donnent pas leurs codes sources et l’utilisation de ce même terme par le libre au sens de « réappropriation ».

Isabelle Aveline (Zazieweb) demande quel est l’outil idéal pour que le virtuel impacte sur le réel, sur nos vies.

Reine Prat demande comment les États peuvent bloquer l’accès à Internet, si celui-ci fonctionne en réseau de nœuds sans tête, sans hiérarchie.

Colette Tron (Ars Industrialis) revient sur la question de l’impact et demande quelles propositions concrètes peuvent être faites pour alerter une large audience.

Les intervenant.es reviennent sur les principaux points : distinction nécessaire entre impact et audience ; entre diffusion d’informations et moyens d’expression ; capacité à contourner les blocages étatiques notamment grâce à IPFS ; comment le confort d’utilisation des réseaux actuels désarme nos capacités à contrer la censure contrairement aux systèmes archaïques de connexion qui nous tenaient mieux en alerte.

Depuis la salle, Jean-Marc Manach, journaliste d’investigation, explique comment la Chine ou l’Irak ont organisé dès le départ l’accès à Internet comme un système fermé, de même que la Libye avec le systèmeAmesisfourni par la France et comment s’organise ce marché d’armes de surveillance numérique.

Florence Delahaye (Les Chatons) espère que, comme en 1995 l’Internet, grâce à l’inter-opérationnalité, a pris le pas sur les réseaux centralisés/propriétaires, la résistance numérique atteindra une masse critique qui permettra aux réseaux décentralisés de reprendre la main.

Geert Lovink souligne les relations incestueuses entre Facebooket les entreprises d’information.

Peggy Pierrot conclut en invitant aux tables rondes de l’après-midi où les questions abordées par Jean-Marc Manach seront développées.

Le dernier acte de Nathalie Magnan a été d’appeler l’attention sur celles et ceux qui, chaque jour, tentent de traverser la Méditerranée au péril de leur vie. Pour répondre à ce voeu, nous vous proposons de soutenir l’association civile de sauvetage en mer, SOS MEDITERRANEE : http://bit.ly/2hpvb9Z.