Projection du film ROAR au cinéma de la MCB le 20 décembre 2018

Projection du film ROAR au cinéma de la MCB le 20 décembre 2018

A L’occasion de la parution de l’ouvrage « Le Cinéma des animaux » de Camille Brunel au Éditions UV, Bandits-Mages vous invite à la projection du film ROAR de Noel Marshall le 20 décembre 2018 à 21:00 au cinéma de la MCB°. La projection sera suivie d’une discussion entre Jean-Philippe Varin, directeur et fondateur des studios Jacana et Camille Brunel ainsi que d’Ewen Chardronnet

A propos du film

ROAR est un film dramatique américain de Noel Marshall, sorti en 1981

Dans le cadre de son étude portant sur les félins sauvages, Hank, scientifique américain, est parti s’installer en Afrique pour vivre parmi ces animaux à la réputation extrêmement dangereuse. Sa maison est un refuge pour plus d’une centaine de fauves que le chercheur élève en toute liberté. Restés aux États-Unis, sa femme Madelaine et ses enfants Melanie, John et Jerry décident de venir lui rendre visite. Mais à leur arrivée, Hank n’est pas là pour les accueillir. À la place, ils découvrent avec effroi les autres habitants qui, en l’absence du maître de maison, ont totalement pris le contrôle du lieu.

Camille Brunel 

Né à Châlons-en-Champagne en 1986, Camille Brunel devient végétarien le 3 janvier 2014, c’est-à-dire assez tard. À l’époque, professeur de lettres et critique, il se lance dans l’observation des animaux au cinéma. Ca tombe bien, c’est l’année de NoéStill the WaterLa Planète des Singes : l’Affrontement, et même de La Ritournelle de Marc Fitoussi. Ses premiers textes paraissent sur les revues en ligne Independencia et Vegactu, puis Trois CouleursDébordements et Le Café des Images.

Il donne alors une conférence sur le végétarisme au cinéma pour le Forum des Images (où il enseigne également la critique aux lycéens depuis 2016) ou sur Chicken Run, pour la Veggie Pride. Il voyage en Écosse, en Normandie, en Colombie-Britannique, et devient végane à un moment donné, on ne sait pas très bien quand. Le sauvegardant de la monomanie, le magazine de prospective Usbek&Ricalui propose, depuis 2012, d’écrire des articles sur l’avenir du spectacle, de la mort, du sexe, du voyage, de la vieillesse, de la méditation, de l’hygiène dentaire – et de l’éthologie, aussi, quand même.

Après avoir publié en 2011, chez Gallimard, un essai romancé intitulé Vie imaginaire de Lautréamont, il publie son premier roman aux éditions Alma en août 2018, La Guérilla des animaux. Le héros, financé par Hollywood, y parcourt le monde pour affronter les braconniers. On n’échappe pas à ses manies.

Jean-Philippe Varin

​Depuis toujours, Jean-Philippe Varin étudie les animaux. Au point d’en avoir dirigé des milliers pour des films, documentaires et publicités dans ses studios de Sologne

Homme de sciences naturelles et photographe professionnel

Jean-Philippe Varin a fait ses études à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand. Des études interrompues par la guerre d’Algérie où il fut pendant deux ans et demi lieutenant au 1er régiment de chasseurs parachutistes.
Entre 1964 et 1968, il a travaillé pour le centre de recherche sur la migration des mammifères et des oiseaux, le laboratoire de physiologie acoustique de l’Inra, le musée La Brea Tar Pit de Los Angeles et le musée de l’anthropologie de Mexico.
En 1968, il fonde à Paris l’agence de presse Jacana spécialisée en histoire naturelle. Jusqu’à 300 photographes comme Yann Arthus Bertrand le rejoignent. L’agence a des bureaux en Europe, au Japon, aux États Unis.
En 1971, il fonde l’agence de photos Explorer sur la base d’illustrations générales. A l’arrivée d’Internet, « n’ayant aucune formation de gestionnaire », il cède ses deux sociétés
En 1980, il décide de construire des locaux et des équipements pour pouvoir filmer ce qui paraissait impossible dans le monde animal. En Sologne, à Sainte-Montaine (Cher), il ouvre en 1984 Jacana Wildlife Studios.
En 2018, à 78 ans, il lance ses séminaires d’entreprises et conférences naturelles pour les collectivités et associations sur les coulisses des tournages animaliers : l’utilisation des drones, des techniques

Jean-Philippe Varin à Sainte-Montaine, le 13 octobre 2017 . Photo Laurent Troude  / Libération 

Contacts