GÉRALD KURDIAN en résidence à BANDITS-MAGES pour HOT BODIES – DRIVE IN !

GÉRALD KURDIAN en résidence à BANDITS-MAGES pour HOT BODIES – DRIVE IN !

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

BANDITS-MAGES reçoit l’artiste performer et musicien Gérald KURDIANen résidence du 16 au 25 mars 2019 au HAÏDOUC à Bourges (18)

Le travail de Gérald Kurdian est avant tout expérimental et sa musique oscille entre pop oblique et l’électro performative.

Depuis 2017, il développe HOT BODIES OF THE FUTURE ! un cycle de recherches autour, entre autres, des pratiques sex-positive et des utopies politiques avec différents lieux ou associations reconnus.

HOT BODIES – DRIVE IN ! est un projet de performance musicale documentaire autour des révolutions sexuelles et du soin comme outil politique.

Ses matériaux principaux sont des images filmées ou photographiées auprès d’un ensemble d’activistes prosexe et de thérapeutes (ostéopathes, masseurs, tantristes, énergéticien.ne.s, etc) qui utilisent la sexualité pour soigner (les organes, les corps, les contextes).

A l’instar de Double Blind (No Sex Last Night) de Sophie Calle et Greg Shephard, j’y déplie sur un plateau à mi-chemin entre l’installation video, le centre de documentation et le club de musique électronique, le récit auto-fictionnel de mes rencontres et de mes expériences dans les scènes sex-positived’Europe et d’Amérique du Nord.

À leurs tables de massages, sur leurs autels, dans leurs sanctuaires, ces praticiensfont usage de vocabulaires mystérieux (faire monter la kundalini, ouvrir le chakra-racine, etc) et mettent les corps en état parallèle (transe, orgasmes multiples, etc), dans le même temps, ils/elles portent les histoires des luttes féministes, post-coloniales, lbgt+, queer en défendant au quotidien des alternatives politiques tournées vers l’empathie, la synergie et l’inclusivité.

Je les visualise comme les présences allégoriques d’un scénario de science-fiction : Dans un monde où le capitalisme a tout détruit, Tarek X (un double de moi-même à l’écran) découvre, dans un hôtel abandonné, une communauté de sœurs qui utilisent la sexualité et le soin pour se reconstruire.

Chacune des séquences de HOT BODIES – DRIVE IN pourrait donc s’imaginer comme l’un des “chants” d’un parcours initiatique à l’image de poèmes épiques telsLa Divine Comédiede Dante tout en portant ses forces symboliques vers l’affirmation d’un manifeste pour une révolution sensorielle à venir.

Comme dans les films de pornographes queer-féministes tels que Jack Smith avec Flaming Creatures, Annie Sprinkle avec Herstory of Porn ou Lionel Soukaz avec Race d’Ep, il soutient l’hypothèse d’une fonction réparatrice de la sexualitéet rappelle comment l’émancipation sexuelle, la réappropriation du désir subjectif et la réévaluation de la frontière entre privé et public, sont entre les mains de nos guérisseures, une pratique concrète de l’Utopie.

BIOGRAPHIE 

Gérald Kurdian, performer, musicien et artiste-radio, étudie les arts visuels à l’École Nationale d’Arts de Paris-Cergy avant d’intégrer le post-diplôme de recherches chorégraphiques Ex.e.r.ce 07 – Centre Chorégraphique National de Montpellier, sous la direction de Mathilde Monnier et Xavier Le Roy.

Ses concerts obliques – Royal Gala(2007), 1999 (2009),18 Chansons (2010), My first club- song ever(2011), The Magic of Spectacular Theater(2012), La Solidité des choses (2014), TRKTV(2016) – sont pour lui des opportunités d’inventer des synergies entre les pratiques de la musique pop, de la performance et du documentaire.

Ils sont régulièrement présentés dans les contextes des arts visuels (Centre Pompidou – Metz, Fondation Cartier, MAC/VAL, Lieu Unique, Plateau Frac-Idf, Centre Clark – Montréal, etc), de la musique indépendante (Centquatre, Nouveau Casino, Festival des Rockomotives, Musiques Volantes, Rock en Seine, etc) et du spectacle vivant (Usine C – Montréal, Crossing the Line – New York, Festival des Inaccoutumés – Paris, Steirischer Herbst – Graz, WUK – Vienna, etc).

Depuis 2007, il compose des pièces radiophoniques et collabore entre autres avec l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture. Dans ce cadre, il y échange avec des travailleuses du sexe – Je suis Putain (2007) – ou des danseurs – 6 mois, 1 lieu et le comportement de l’ensemble (2009) – et explore avec eux quelques-unes des perspectives de nos corps contemporains.

En 2010, il remporte le prix Phonurgia Nova pour son projet – Menace, Fantômes (2011) – mené avec l’auteure Caroline Masini et développe depuis lors une série de projets utilisant l’écriture de chansons comme un prétexte au témoignage et à l’échange : Nos jours, absolument, doivent-être illuminés (2011) avec le cinéaste Jean-Gabriel Périot et un groupe de détenus de la maison d’Arrêt D’Orléans, Les Îles Artificielles(2014-15) avec un groupe d’employés d’une compagnie d’assurance.

Il compose pour des réalisateurs : Héléna Villovitch – Le plus petit appartement de Paris (2014 – Collection Canal Plus) -, Louise Hervé & Chloé Maillet – The things we know(2009) -, Arnold Pasquier – Paramount(2010) – et Vincent Dieutre – Déchirés, Grave(2013), des chorégraphes : Mette Ingvartsen, Philipp Gehmacher, Eszter Salamon, Jen Rosenblit, Carole Perdereau et Eleanor Bauer et des metteurs en scène : Emmanuel Daumas, Geoffroy Rondeau et Vanasay Khamphommala.

Vainqueur du prix Paris Jeunes Talents 09, et repéré par le Grand Zebrock et le FAIR 2010, son premier album sous le nom de This is the hello monster!est sélectionné parmi les meilleurs albums de l’année 2010 du quotidien Libération.

En janvier 2016, il sort un deuxième EP, Icosaèdre, réalisé par Guillaume Jaoul et le musicien électronique Chapelier Fou.

Depuis 2017, il développe HOT BODIES OF THE FUTURE!, un cycle de recherches performatives et musicales sur les formes alternatives de sexualité et les micro-politiques queeravec le soutien notamment du post-diplômeArts et Création Sonore de l’ENSABet des associations Emmetropet Bandits-Mages. Il en présentera les premières formes entre 2017 et 2020 :

HOT BODIES – STAND UP et HOT BODIES – DRIVE IN, des performances solos

HOT BODIES – CHOIR, une chorale féministe

A QUEER BALL FOR HOT BODIES OF THE FUTURE, un évènement collectif et joyeux mêlant workshops, conférences, projections et dj sets célébrant les acteurs des scènes queer et leur forces de partage.

Il sortira en 2020, le premier album de son nouveau projet de musique électronique, TAREK X.

Le site de l’artiste : http://www.geraldkurdian.com

Pour plus d’infos contactez Olivia EARLE au +33 (0)2 48 50 42 47