ACTIONS MENÉES PAR LA ZAAP SAISON 2016-2017

ACTIONS MENÉES PAR LA ZAAP SAISON 2016-2017

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Pour cette saison 2016-2017, la Zone d’Activités Artistiques et Pédagogiques (ZAAP) de Bandits-Mages dévoile enfin ses projets 

Douze actions d’éducation artistique, culturelle, solidaire, sociale et citoyenne sont menées sur le secteur du Cher dans les domaines de la création cinématographique et vidéo, et des arts numériques. Rien de mieux que de partager nos savoir-faire, notre amour, pour cette création avec des jeunes apprentis, assoiffés de connaissance. Cette année, nous épaulons quatre lycées, trois collèges, deux écoles primaires, deux jeunes réalisatrices Berruyères et le SPIP :

Partenaire du lycée Édouard Vaillant de Vierzon depuis 1999, nous intervenons avec des artistes et des techniciens professionnels, du milieu de la vidéo et du cinéma. Les élèves de première et terminale, d’option facultative et/ou spécialité cinéma audiovisuel ainsi que les élèves de seconde d’option Arts visuels bénéficient d’un accompagnement permettant le développement de leurs pratiques artistiques.

nosferatuCette année, les élèves de seconde réalisent des « Répliqûres », principe qui résulte d’une reproduction plan par plan d’un film déjà existant. Ils reprennent les films Nosferatu le vampire de Friderich Wilhelm Murnau et L’argent de Robert Bresson. Ensuite, Le groupe de première, spécialité Cinéma audiovisuel,  réalise une fiction sur le thème des cauchemars. Les premières facultatives créent une fiction sur la notion de voyeurisme. Puis, les terminales,
option spécialité
, créent une fiction traitant des jeux de tarot et des tirages de cartes. Pour finir, L’expérience de Milgram est le point de départ de la fiction menée par les terminales d’option facultative et se passera en huit clos.
Les élèves de terminale devront présenter et analyser leur film lors d’un oral au baccalauréat, d’où l’enjeu de s’approprier clairement les différentes techniques de production.

Pour information, l’enseignement facultatif Cinéma audiovisuel, est de 2h hebdomadaire en première et en terminale (ES,S,STMG) et de 4h par semaine pour l’option de spécialité en terminale et première Littéraire. Ainsi, elle convient à des élèves qui ont choisi le cinéma comme matière centrale dans leurs études. En option Arts visuels, les élèves de seconde ont 3h par semaine pour découvrir le cinéma et les arts numériques.

À Bourges, la Maison de la Culture nous confie l’accompagnement des options Cinéma audiovisuel du lycée Marguerite de Navarre. En lien avec leur programme d’option, les élèves de première ont choisi de dépeindre un portrait de Bourges comme thématique pour travailler sur la notion de « point de vue dans la ville », sous forme de documentaire. Les élèves de terminale, quant à eux, étudient l’influence d’un lieu sur la vie d’un personnage à travers une fiction.

Toujours dans le secteur de Bourges, le lycée Jean de Berry,  composé de filières professionnelles manuelles, a un public principalement masculin. Cependant, une classe étudiant l’architecture et l’économie tente de dépasser ce stéréotype. Ces élèves abordent la mixité afin de montrer qu’un choix d’orientation ne résulte pas uniquement du facteur de genre mais de choix individuels. Ce sujet est analysé sous forme de  courtes vidéos qui seront diffusées sur la plateforme du lycée et lors des actions de diffusion de Bandits-Mages.

Le dernier lycée est celui de Jean Mermoz, à Bourges, avec la classe de seconde « fraise/coquelicot », spécialisée dans la gestion des administrations et dans la construction des carrosseries. Associée aux jeunes mineurs isolés du foyer de jeunes travailleurs Tivoli Initiatives, ils réalisent actuellement des prises de vue photos et vidéos ainsi que des enregistrements autour des quartiers Moulon, Gibjoncs et Chancellerie dans l’intention de découvrir les différentes appartenances et transformations d’un territoire. Ces supports numériques sont associés à des bougies, réalisées avec le soutien de l’association Médina, et mise en scène par le biais d’une Table Mash-Up* lors de la restitution. Ils sont les acteurs de la collaboration entre l’Abbaye de Noirlac et Bandits-Mages dans le cadre des Futurs de l’Écrit.

Nos interventions touchent également des plus jeunes.

Les collégiens :

Cette année, les élèves de 4°B du collège Irène Joliot de Mehun-sur-Yèvre,  abordent le thème du harcèlement au collège à travers la mise en scène d’un procès. Ils rédigent le scénario et le jeu de ce film. En revanche, ce sont les élèves de l’option Cinéma audiovisuel du lycée Édouard Vaillant qui réalisent le tournage. Ce projet d’éducation civique et morale permet de découvrir le milieu judiciaire et les ouvrent à devenir des citoyens.

Les élèves de classe de SEGPA du collège Voltaire de Saint Florent-sur-Cher, découvrent par l’écoute et l’enregistrement leur environnement sonore. Ils en produisent une bande son. Le projet s’intitule « infiniment grand/infiniment petit » et s’appuie sur une action globale sur le thème des constellations, mis en place par les professeurs d’arts plastiques, de physique et de mathématiques.  La manipulation des sons à l’aide de cartes « makey-makey » leur permet d’explorer une multitude de sons différents pour créer une performance plastique.

Nous sensibilisons également les élèves du collège Béthune Sully d’Henrichemont, grâce à trois ateliers. Le premier projet est celui des élèves de quatrième, qui ont étudié le roman Sa majesté des mouches de William Golding. À partir de cette étude, ils rédigent des nouvelles sur les aventures d’une société d’enfants. Par la suite, ils vont créer des photographies et des vidéos correspondantes à leurs écrits.
Le deuxième projet concernant les élèves de troisième, est basé sur le traitement et l’analyse d’images. Il explore le lien entre la manipulation d’images physiques et psychologiques. En effet, l’action de monter des images permet de transmettre un message dont le but est de manipuler, puis orienter les esprits. Certains médias utilisent ce procédé, notamment la publicité et la propagande. En lien avec leur programme d’histoire-géographie de troisième, les élèves travaillent sur l’histoire des femmes en s’aidant des affiches papiers provenant des Archives départementales. À partir de recherches et d’analyses vidéos, les élèves sont amenés à concevoir de fausses publicités dont le sujet est la discrimination envers les femmes.
Pour le troisième projet, nous avons été sollicités pour réaliser un livre photo avec les élèves participants à la chorale Vocalson. Chaque étape du travail des élèves et de l’artiste fera l’objet d’une édition sous forme de prises de vues.

Et également les élèves d’école primaire :20170113_161149

Les classe de CM1 et CM2 des écoles primaires Pijolins de Bourges et Louis Dézelot II à Saint Florent-sur-Cher ont étudié les fables de Jean de la Fontaine afin de réaliser un film d’animation en stop motion*. Le personnage du renard est le fil conducteur de quatre fables ré-interprétées par les enfants. Les deux classes participeront au Festival Ciné-Clap (28) pour présenter leur film d’animation.

*Animation en volume

Structure ressource du cinéma et de la vidéo, nous collaborons aussi avec un public hors cadre scolaire

Imprégnées de leur quotidien, deux jeunes bachelières, Cindy et Aurélie ont décidé de créer une web-série « Et si le monde s’inversait ? » sous forme de courts épisodes. Ces jeunes réalisatrices ont choisi d’écrire sur un thème qui les touche : l’homophobie.

La Maison d’arrêt de Bourges (le SPIP) a fait appel à Bandits-Mages pour animer des ateliers auprès des détenus. Plusieurs modules d’éducation à l’image porteront sur des thèmes sociaux. En parallèle, ils découvriront également la description et l’analyse de films faisant partie de l’histoire du cinéma et expérimentaux.

L’équipe remercie tous les acteurs pour leur engagement.


Et en détail ça donne quoi? 

Des partenariats ancrés et aussi de nouveaux acteurs éducatifs et culturels ont été appelés pour faire de ces projets une réalité :

LYCÉE ÉDOUARD VAILLANT

La DRAC Centre-Val-de-Loire soutient les interventions menées avec des artistes et des techniciens professionnels du milieu de la vidéo et du cinéma :

  • David Legrand, artiste et vidéaste :
    encadre artistiquement les élèves de seconde Arts Visuels et aide la réalisation de la fiction du groupe de première Cinéma Audiovisuel.
  • Hervé Bezet, réalisateur et plasticien :
    suit les premières facultatives sur leur thème du voyeurisme et les terminales d’option facultative pour leur fiction de jeux de tarot et les tirages de cartes.
  • Philippe Zunino, artiste vidéaste et sonore :
    intervient pour l’expérience de Milgram des terminales d’option facultative.

LYCÉE MARGUERITE DE NAVARRE

La Maison de la Culture de Bourges, partenaire de l’option Cinéma Audiovisuel du lycée, confie la coordination artistique et logistique à Bandits-Mages. L’option est également soutenue par le Conseil Régional Centre-Val de Loire dans le cadre du dispositif « Aux Arts Lycéens et Apprentis ».

  • Anaïs Enshaian, réalisatrice et monteuse :
    interviendra sur la réalisation et le tournage avec les élèves de première.
  •  Claire Doyon et Marie Losier, deux réalisatrices :
    interviennent respectivement sur le scénario, la réalisation et le montage des élèves de terminale.

LYCÉE JEAN DE BERRY

Ce projet est soutenu par le Conseil Régional Centre-Val de Loire.

  • Maéva Tchibinda, artiste plasticienne :
    accompagne les lycéens professionnels dans la réalisation.

LYCÉE JEAN MERMOZ

  • Charlotte Redon, photographe et artiste plasticienne et Ahmad Kurdhia, artiste plasticien :
    suivent la classe de seconde « Fraise/coquelicot » et les jeunes mineurs isolés de Tivoli Initiatives dans le cadre des « Futurs de l’Écrit ».

COLLÈGE IRÈNE JOLIOT

Cet atelier se passe dans le cadre du dispositif départemental « Cher citoyen » et avec le soutien et la participation active du CDAD 18. 

  • Hervé Bezet, réalisateur et plasticien et Aurore Pace, metteure en scène :
    offre un regard professionnel sur l’écriture et le jeu aux 4°B.

COLLÈGE VOLTAIRE

« Infiniment grand/Infiniment petit » se déroule dans le cadre du dispositif départemental « Léz’arts ô collège ».

  • Quentin Aurat, artiste plasticien :
    intervient auprès de la classe de SEGPA.

COLLÈGE BÉTHUNE SULLY

– La fiction réalisée autour de la société d’enfants est en partenariat avec Mille Univers, avec le soutien de la DRAC Centre-Val-de-Loire.
– En partenariat avec les Archives départementales, le projet sur le traitement et l’analyse des images des troisièmes est mené dans le cadre du dispositif départemental
« Cher citoyen »,  avec le soutien de la DRAC Centre-Val de Loire et de la DDCSPP du Cher.

  • Anaïs Enshaian, réalisatrice et monteuse :
    aide à la réalisation de fausses publicités.

– Le projet avec la chorale Vocalson se déroule au sein du dispositif départemental « Léz’arts ô collège », en partenariat avec Mille Univers.

  • Jean Frémiot, photographe :
    collabore avec les élèves pour l’édition sous formes de prises de vue.

ÉCOLE PRIMAIRE PIJOLINS ET LOUIS DEZELOT II

  • Lola Antunes, artiste plasticienne et Quentin Aurat, artiste plasticien :
    accompagnent les écoliers pour leur film d’animation à travers une intervention sur le storyboard et le bruitage.

« ET SI LE MONDE S’INVERSAIT ? »

Avec le soutien et les conseils de l’association Emmetrop et du PRJ Aéroport, à l’occasion du concours « Les jeunes qui osent » organisé par le Crédit mutuel Centre-Val de Loire.

  • Arthur Barbe, artiste vidéaste :
    assiste les jeunes filles sur leur projet de web série.

MAISON D’ARRÊT DE BOURGES 

Avec le soutient du SPIP

  • Anaïs Enshaian, réalisatrice et monteuse :
    contribue aux interventions pour les détenus.