Présentation de la future résidence EMAN#EMARE 2017 : Graeme Cole

Présentation de la future résidence EMAN#EMARE 2017 : Graeme Cole

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés y Inglés Estadounidense. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in this site default language. You may click one of the links to switch the site language to another available language.

Bandits-Mages accueillera l’artiste Graeme Cole en résidence EMAN#EMARE durant l’année 2017. Lors des Rencontres Bandits-Mages 2016, une soirée carte blanche lui a été dédié le 7 novembre où était projeté son film Epizoda? . 

À propos de UNIVERSAL EAR, projet de résidence : 

Virtualisée, nUniversal Ear credit Elly Strignerotre culture devient susceptible de s’évaporer par une chaude journée ou d’être emportée par le vent. La décadence est l’évolution naturelle de l’histoire. Un monument de pierres reste vivant même détruits. Son impression demeure en négatif dans la poussière de la mémoire. Que veut-on dire lorsqu’on parle de protéger notre « mode de vie » ? Peut-on le décrire par une bande infinie d’actions et de gestes (avec des périodes de latences) ? Pourrait-on le réduire à une partition chorégraphique, la consigner dans un rouleau et la réanimer ? À quel point sa lecture serait différente si elle était adaptée par Edvard Munch ou Charles M. Schulz ?

UNIVERSAL EAR est une série d’aventure perdue du futur, qui suit l’héroïque mission de l’ex-postier Harley Byrne : capturer et rendre téléchargeable “toute la musique du monde, de tous temps”1.

Chaque épisode voit Byrne changer d’époque et de lieu. Ses efforts pour trouver et enregistrer les musiques les plus rares de l’humanité sont mis à mal par son ennemie jurée, Being, mystérieuse maîtresse du camouflage.

Les pré-construire et les reconstruire comme des aventures de poche inédites, une par une jusqu’à l’infini est devenue ma propre mission.

Inspiré des récents développement en matière de patrimoine virtuel – hologrammes de Bouddhas et de pop stars décédées, répliques imprimées en 3D de vestiges syriens encore fumant – je suivrai Harley Byrne dans un Bourges du futur que nous ne connaissons pas encore, un futur dans lequel le présent concret se superpose aux méta-niveaux de réalité augmentée, 3D ou hologramme, un futur qui serait plus de l’ordre de “l’authenticité mixte” que la “réalité mixte”.

Qu’est-ce que l’arrière-arrière-petite-fille de l’actuel ministre du patrimoine considérera comme suffisamment important pour être préservé parmi les projections en boucles, bagarres de quartier et décapitations, se répétant chaque jour en bien meilleur définition que celle qu’offre l’éclairage urbain ? Pour quels accomplissements et désastres personnels les conservateurs de musée mégalomanes ménageront de l’espace dans les allées et contre-allées d’une ville figée dans le passé par les technologies du futur ? Quels hymnes pourront-être chantés dans les cimetières que nous construirons pour nos robots ? Quels cris «bitcrunchés» (réduction digitale) nous parviendront avec une harmonie musicale dans ces interstices temporelles où ils raisonnent ?

1 cf. alltheworldsmusicever.com

Graeme Cole

 

graeme cole director photoBiographie

À la fois artiste et cinéaste, le travail de Graeme Cole enjambe les frontières qui séparent le film de cinéma, le film d’artiste et l’art vidéo. Il développe ses projets avec du travail de laboratoire open source, des textes, de la mythologie et à travers son école de film itinérante “Unfound Peoples Videotechnics”. Le travail de Graeme Cole célèbre la belle imperfection de l’humanité en intégrant les défauts de notre pensée et les absurdités inhérentes aux structures et conventions médiatiques dans l’architecture et l’esthétique de chaque film ou vidéo. En traçant une ligne entre structures de pouvoir, méthodes de médiation de l’information et la nature humaine à l’état brut, il revient sans cesse à la même dichotomie : la nécessité contre l’impossibilité d’être ensemble. Ces thèmes sont explorés avec humour, en désintégrant des figures familières de la pop culture, en jouant joyeusement avec les mots et le langage, en utilisant consciemment des outils commerciaux tout en cultivant une oreille critique et un dévouement total à l’erreur.
Graeme Cole vient d’obtenir sa Maîtrise en arts visuels sous la direction de Belà Tarr à la Film.factory (Sarajevo).

 

Le site web de Graeme Cole http://graemecole.co.uk/
Son Blog  :http://zoomcitta.blogspot.fr/
Site web à propos de UNIVERSAL EAR : http://alltheworldsmusicever.com/
Twitter :@Nanneman

 

Crédit esquisses UNIVERSAL EAR : Elly Strigner