Riddles of the Sphinx // Laura Mulvey / 24 janvier 2019 au Haïdouc, à 20h30

Riddles of the Sphinx // Laura Mulvey / 24 janvier 2019 au Haïdouc, à 20h30

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Bandits-mages vous invite sur une proposition de Jackie Raynal-Saleh, à la projection du film Riddles of the Sphinx, de Laura Mulvey, critique et réalisatrice de cinéma, le 24 janvier 2019 au Haïdouc 24 route de la chapelle à Bourges à 20h30. Cette séance se fera en présence de la réalisatrice et sera animée par Jackie Raynal-Saleh ainsi qu’ Érik Bullot.

Prix : Libre participation

Riddles of the Sphinx (Grande-Bretagne, 1977) 1:32

Le film se compose de 7 séquences dont la plupart sont tournées dans de longs plateaux continus à 360 degrés nous montrant des espaces bourgeois occupés et rencontrés par le personnage principal, Louise. Louise fait face à un changement dans son mode de vie où elle doit négocier avec la vie domestique et la maternité, pour aller vers une sphère plus abstraite et rêvée du langage et de l’inconscient. Ceci est parfois interrompu par des séquences où Laura Mulvey parle à la caméra, racontant le mythe d’Œdipe rencontrant le Sphinx.

Avec Riddles of the Sphinx, Laura Mulvey et Peter Wollen utilisent de nouvelles formes de récits pour explorer le féminisme et la théorie de la psychanalyse. Ce film essaie de construire une nouvelle relation entre le spectateur et le personnage féminin, en présentant celui-ci sous plusieurs points de vue féminins, non pas en tant que qu’image visuelle, mais en tant que sujet d’enquête. Ce film présente le cinéma comme un espace dans lequel l’expérience féminine peut s’exprimer.

Laura Mulvey est auteure – entre autre – de Plaisir visuel et cinéma narratif, essai précurseur sur le cinéma, écrit en 1973 et publié en 1975 dans la revue britannique de cinéma Screen. Il a contribué à faire de la théorie du film féministe un domaine d’étude légitime.

Avec Peter Wollen, elle a réalisé l’un des films les plus visuellement stimulants et théoriquement rigoureux des années 1970. Riddles of the Sphinx est une fusion historique du féminisme et de l’expérimentation formelle qui cherche à créer un langage cinématographique non sexiste. (Sa figure-titre, créature légendaire de l’antiquité, terrorisa Thèbes et ne s’autodétruisit après qu’Œdipe eut correctement répondu à son énigme). Invoquant et remettant en question les interprétations traditionnelles de l’histoire d’Œdipe en tant que passage de la culture matriarcale à l’ordre patriarcal, le film sonde également la représentation dans le film lui-même. La section narrative centrale, qui traite de Louise, une femme de la classe moyenne, et de sa fille Anna, âgée de quatre ans, est une enquête sur la nature arbitraire des techniques cinématographiques conventionnelles qui capture les luttes de Louise avec la maternité dans une société patriarcale.

Laura Mulvey est professeure de cinéma au Birkbeck College, Université de Londres. Elle est l’auteure de : Visual and Other Pleasures (Macmillan 1989/2009), Citizen Kane (BFI Classics series 1992/2012) , Fetishism and Curiosity (British Film Institute 1996/2013), et Death Twenty- four Times a Second : Stillness and the Moving Image (Reaktion Books 2006).

Elle a réalisé six films en collaboration avec Peter Wollen dont Riddles of the Sphinx (British Film Institute 1977 ; dvd 2013) et Frida Kahlo et Tina Modotti (Arts Council 1980).  Avec l’artiste et cinéaste Mark Lewis, elle a réalisé Disgraced Monuments (Channel 4 1994) et 23 août 2008 (2013).

Pour plus d’infos contactez Olivia EARLE au +33 (0)2 48 50 42 47